Benoît Poly

Percussion

Benoit Poly diversifie son activité musicale au sein de différents orchestres, ensembles instrumentaux, formations de chambre et compagnies d’art du spectacle, et joue tant la musique contemporaine que la musique ancienne, classique et improvisée.

Il travaille notamment avec Proxima Centauri, Les Temps Modernes, Op.Cit, Court-Cirtcuit, Cairn, l’Ensemble Orchestral Contemporain, L’Instant Donné, Matka, Proton Bern, les orchestres de Lyon, Limoges, Troyes, Le Concert de l’Hostel-Dieu, les Paladins, Conversation Baroque, La Note Brève, Unisoni, Canticum Novum.

Il développe par ailleurs une production en solo, à travers des pièces du répertoire et s’attache à un travail de recherche et de création avec notamment Boris Clouteau, Karl Naegelen, Stéphane Borrel, Jérôme Bertholon, Raphaëlle Biston, Gilbert Amy, Jean- François Estager, Hervé Legrand, Jean-Luc Hervé, Mauro Lanza, Franck Krawczik, Frédéric Verrières, Violeta Cruz, Malika Kishino, entre autres et a joué de nombreux compositeurs comme Philippe Hurel, Martin Matalon, Yan Maresz, Benjamin de la Fuente, Rebecca Saunders, Daniel Tosi, Kajia Saariaho, Daniel D’Adamo, Yoshihisa Taïra… Il joue dans des salles et festivals en Europe ainsi qu’au Canada, à Taïwan ou en Amérique du Sud.

Il prend part à de nombreux spectacles s’adressant à tous les publics, où se mêlent danse, théâtre, vidéo, cirque, dans lesquels il est tant acteur que musicien.

Il a enseigné dans les écoles et conservatoires de musique des villes de Lyon et sa région, Saint-Étienne, Vichy, Montpellier et dans l’Aube. Il a mené de nombreux ateliers pédagogiques de création musicale au sein des Percussions Claviers de Lyon, de Grame, de l’Opéra National de Lyon et du Centre Culturel de Rencontres d’Ambronay. Benoit Poly est diplômé du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon en percussion et musique de chambre.

Il est également pianiste. Il a cofondé avec la percussionniste Ying-Hui WANG une structure de développement de projets et d’enseignement fondée sur la rencontre des cultures française et taïwanaise, reposant entre autres sur l’accès à tous à la musique savante et sur la revalorisation du patrimoine musical de cultures isolées.